Page images
PDF
EPUB

given by Eustace Budgell in a contribution published in the Spectator, May 15, 1712, under the epigraph: "Scire tuum nihil est, nisi te scire hoc sciat alter.” Pers. Sat., i. 27. The same narrative was prefixed to the English edition of the Abbé Villars' “ Count de Gabalis.” In this instance a vault is discovered illuminated by a lamp, which burned before a figure seated at a table, clad in armour and grasping a truncheon. The intruder “had no sooner set one foot within the vault, than the statue erected itself from its leaning posture, stood bolt upright, and upon the fellow's advancing another step, lifted up the truncheon in his right hand. The man still ventured a third step, when the statue, with a furious blow, broke the lamp into a thousand pieces, and left his guest in a sudden darkness.” It was subsequently found that the effect had been produced by mechanism. “Rosicrucius, say his disciples, made use of this. method to show the world that he had re-invented the everburning lamps of the ancients, though he was resolved no one should reap any advantage from the discovery."

Just as Verzhiulovoe Kolo, so the Welsh fferylliaeth (alchemy and chemistry) was derived from Virgil, the Irish Feargal who was referred to the eighth century, and stated to have asserted the existence of the antipodes.

;

APPENDIX.

No. 1, p. 152.

MERLIN.

Quand les Chevaliers et Dames et Damoyselles furent arrivez, Dieu sait la joye que le Roy leur fist; et s'en vint a Yguerne et a son Mari, et les fist menger en sa table, et fist seoir le Duc de coste lui. Et fist tant le Roy par ses paroles que Yguerne ne se peut deffendre qu'elle ne print de ses jouyaulx, tant qu'elle sceut bien de vrai, que le Roy l'aimoit; et apres que la feste fut passee, chascun se en voulut retourner, et prinrent congié du Roy. Et le Roy leur pria qu'ils revinssissent tousjours, ainsi qu'il leur avoit commandé; si luy accorderent chascun. Si endura le Roy cette peine d'amours jusques a long-temps. Si ne peut plus endurer ce martyre, et luy convint se descouvrir a deux des plus privéz de son conseil, et leur dit l'angoisse qu'il souffroit pour I'amour d’Yguerne. -Et quant le jour de la feste fut venu, chascun se trouva a Cardeuil avecque leurs appareils, tant Dames et Damoyselles, de quoy le Roy fut moult joyeux; et quant le Roy sceut que chascun fut arrivé, et le Duc de Tintaiel, et sa femme Yguerne, si prist sa couronne, et se presenta devant tous les Barons auxqueulx il donna plusieurs riches jouyaulx, et aux dames et Damoyselles aussi. Et quant se vint a la table, que chascun fut assis pour menger, le Roy fut moult joyeux et lye. Si parla a ung sien conseiller, auquel il se fioit, qui fut nommé Ulfin. Et lui dist que l'amour d’Yguerne le tuoit, et le feroit mourir, et qu'il ne povoit durer s'il ne la veoit, et que quant il en perdoit la vue, le cueur lui meurdrissoit, et que s'il n'avoit remede d'elle, qu'il ne povoit longuement vivre. Et Ulfin lui re

[ocr errors]

a

spondit : Sire, cuideriez vous bien mourir pour l'amour d'une dame? Saichez, que Je ne suis que ung povre Gentilhomme; mais Je ne cuiderois point mourir pour l'amour d'une femme. Car Je ne ouy parler de femme (pourveu qu'elle fust bien requise) qui, pour ce qu'on luy presente plusieurs dons, ne se consentye a la voulente de celui qui la requiert. Et toy qui es Roy, te esbahis tu comme tu pourras avoir l'amour d'une dame! Il semble que tu ayes le cueur bien couart qui n'oses requirrir une dame d'aymer. Et le Roy luy dist: tu ditz vrai, tu sces qu'il convient a telle chose.

Si te prie que tu m'aydes en toutes les manieres que tu pourras. Si, prens en mon tresor, ce que tu vouldras pour lui donner, et a ceulx et a celles qui sont autour d'elle; et pense de faire a chascun son plaisir, et va parler a Yguerne. Et Ulfin respondit : Je sauray bien faire ce que m'avez commandé. Ainsi tint la court huit jours en grant joye, et avoit le Roy tousjours a sa compaignie, et lui donna de moult riches jouyaulx, et a ses compagnons aussi. Et Ulfin s'en alla parler a Yguerne, et luy dist ce qu'il convenoit a parler d'amours, et luy porta plusieurs beaulx jouyaulx, et riches. Et jamais Yguerne n'en voulut riens ; tant qu'il advint ung jour que Yguerne tira Ulfin a conseil a une part, et luy dist.-Ulfin, pourquoi me offres tu tant de si beaulx jouyaulx ? Et Ulsius respondit ; pour le grant sens et belle contenance que

Je
voy en vous, votre grant beaulté.

Et saichez que tout l'avoir de ce Royaume est a vous; et tous les gens aussi sont a faire vostre plaisir et vostre voulente. Et elle respondit: comment sais tu ce? Et il respondit: Dame vous avez le cueur de celuy a qui est le Royaume. Et elle dist; qui est le cueur ? C'est le cueur du Roy, dist il. Comment ? dist elle; le Roy a le cueur bien felon et bien traître de monstrer a monseigneur si grant semblant qu'il l'aime, si il me veult trahir et deshonnourer; Je te diray, Ulsius gardes sur ta vie que jamais tu ne me parles de tieulx parolles, que bien saiches que Je le dirois au Duc, et s'il le scavoit, il te conviendroit mourir. Ne ja ne le celeray que ceste foys. Et Ulfin respondit; se Je mouroye pour le Roy, se me seroit grant honneur. Puis il lui dit: Dame, Je me esbahis que vous reffusez le Roy pour vostre amy, qui plus vous aime que luy meme; et veuillez savoir qu'il meurt pour vous, et qu'il mourra si n'avez mercy de luy. Et elle respondit: vous vous gabez. Et il luy respondit: Pour Dieu, Dame, ayez mercy du Roy et de vous-mesmes ; car si vous n'en avez mercy, vous en verrez venir grant mal: Ne vous, ne votre seigneur, ne vous

Baurez deffendre contre sa voulente. Et a donc Yguerne respondit en pleurant tendrement: Si feray; Je m'en deffendrai bien. Car jamais ne me trouveray, la feste passée, en la compaignie du Roy, ny en sa cour ne me trouveray; ne pour quelque mandement qu'il face ne viendray. Ainsi se departirent Ulsius et Yguerne.

No. 2, p. 159.
LE SAINT GRAAL.

Extract from chap. lx. of British Museum MS. Roy. xiv. E. 3, printed by the Early English Text Society, The History of the Holy Grail.

Josephes sees in the Grail-ark Christ nailed to the Cross. Apres esgarda iosephes, si vit ke la lanche qu'il auoit veue en la main au tierch angele estoit fichie tres parmi le coste del home crucefijet. Si en degoutoit tout contreual la hanste vors ruisseles qui n'estoit ne tous sans ne toute iaue, & nepourquant il sambloit

& estre de sanc & d'iaue. Et desous les pies au cruchefis vit ichele escuele ke ioseph ses peres auoit fait aporter en l'arche. Si li estoit auis ke li sans des pies au crucefije degoutoit en chele escuele que ele estoit ia pres plaine, si sambloit a iosephe ke ele vansist verser, & ke li sans en deust espandre.

Et il [Joseph, père] esgarda, si vit dedens l'arche, i. petit autel tout conuert de blans dras & par desus tous les blans dras si auoit, i. moult riche drap, & vermeil & moult biel autrestel comme samit. Desour che drap esgarda ioseph, si vit qu'il auoit, iij. cleus tous degoutans de sanc, & i. fer de lanche tout sanglant a l'un des chies de l'autel, & à l'autre chief estoit l'escuele qu'il auoit aportee.

Et en milieu del autel si auoit, i. moult riche vaissiel d'or en samblanche d'un hanap, & i. couuercle deseure qui estoit d'or au tresi. Ne le couuercle ne preut il mie veoir a deliure, ne quanques il auoit desus. Car il estoit couuers d'un drap ke on ne le povit verir ke par deuant. Et tout outre l'autel si vit vne main qui tenoit vne crois moult biele, toute vermelle. Mais chelui dont la mains estoit, ne vit il mie. Et si uit deuant l'autel, ij. mains qui tenoient chierges. Mais il ne vit mie les cors dont les mains estoient. Endementiers ke il gardoit ensi laiens, si escouta, si oi l'uis d'une cambre moult durement flatir, & il tourne ses iex vers la cambre, si en uit issir, ij. angeles, dont li vors tenoit, i. orchuel tout plain d'iaue, & li autres tenoit, i. jetoir en sa main destre. Et apres ches, ij. en uenoient doi autre qui portoient en lor mains, ij. graus vaissiaus d'or autresteus comme, ij. bachins, & a lor caus auoit, ij. touailles qui estoient de si grant biaute comme cheles qui onques hom morteus n'auoit baillies. Quant chil doi furent hors de la cambre, si en issirent troi autre apres qui portoient, iij. enchensiers d'or, enlumines de si riches pierres precieuses qu'il sambloit de uoir ke il fuissent tout espris de fu ardant. Et en l'autre main tenoit chascuns d'aus vne boiste plaine d'enchens, & de mierre, & de maintes autres precieuses espises qui rendoient laiens si douche odour & si grant suatume qu'il estoit tres bien auis ke la maisons en fust toute plaine. Apres en vit issir, j. autre qui auoit letres el front escrites, & si disoient, “ie sui apieles forche del tres haut signour." Ichil portoit sour ses, ij. mains, i. drap autresi verdoiant com esmerande & sour che drap estoit mise la sainte escuele. En coste de chelui drap, &, i. angele deuers destre, en auoit, i. qui portoit vn teste, com ques si riches ne si bians ne fu veus par iex de nul home terrien se chil meismes ne.

No. 3, p. 173.
PERCEVAL.

Premierement, dist la mere de Perceval, si vous trouvez, ne pres, ne loin, Dame qui ait de vous besoing, ou pucelle desconseillé, ou qui de votre ayde ait metier, ne lui veuillez denier votre service. Car Je vous dy que tout honneur est a l'homme perdu, qui honneur a dame ne porte; et quiconque honoré veut etre, lui faut a pucelle et a Dame honneur referer. Ung autre enseignement retiendrez: S'il echiet que pucelle ayez gagnée, ou que pucelle de vous soit amie privée, si le baiser elle ne voas denie, le baiser pouvez prendre; mais le reste, Je vous le deffens : fors que si en doigt elle a anneau, ou aumoniere a sa ceinture, si, par amour, anneau ou aumoniere vous donne, licitement le don vous pouvez, en la remerciant, prendre, et le don d'icelle emporter. Perceval prit congé de sa mere, et s'achemina vers la cour du Roy Artus. Le lendemain aux premiers rayons de soleil il decouvrit un riche pavilion.

Quant pres du pavillon fut arrivé, ouvert le trouva, dedans

« PreviousContinue »