Page images
PDF
EPUB

Baurez deffendre contre sa voulente. Et a donc Yguerne respondit en pleurant tendrement: Si feray; Je m'en deffendrai bien. Car jamais ne me trouveray, la feste passée, en la compaignie du Roy, ny en sa cour ne me trouveray; ne pour quelque mandement qu'il face ne viendray. Ainsi se departirent Ulsius et Yguerne.

No. 2, p. 159.
LE SAINT GRAAL.

Extract from chap. lx. of British Museum MS. Roy. xiv. E. 3, printed by the Early English Text Society, The History of the Holy Grail.

Josephes sees in the Grail-ark Christ nailed to the Cross. Apres esgarda iosephes, si vit ke la lanche qu'il auoit veue en la main au tierch angele estoit fichie tres parmi le coste del home crucefijet. Si en degoutoit tout contreual la hanste vors ruisseles qui n'estoit ne tous sans ne toute iaue, & nepourquant il sambloit

& estre de sanc & d'iaue. Et desous les pies au cruchefis vit ichele escuele ke ioseph ses peres auoit fait aporter en l'arche. Si li estoit auis ke li sans des pies au crucefije degoutoit en chele escuele que ele estoit ia pres plaine, si sambloit a iosephe ke ele vansist verser, & ke li sans en deust espandre.

Et il [Joseph, père] esgarda, si vit dedens l'arche, i. petit autel tout conuert de blans dras & par desus tous les blans dras si auoit, i. moult riche drap, & vermeil & moult biel autrestel comme samit. Desour che drap esgarda ioseph, si vit qu'il auoit, iij. cleus tous degoutans de sanc, & i. fer de lanche tout sanglant a l'un des chies de l'autel, & à l'autre chief estoit l'escuele qu'il auoit aportee.

Et en milieu del autel si auoit, i. moult riche vaissiel d'or en samblanche d'un hanap, & i. couuercle deseure qui estoit d'or au tresi. Ne le couuercle ne preut il mie veoir a deliure, ne quanques il auoit desus. Car il estoit couuers d'un drap ke on ne le povit verir ke par deuant. Et tout outre l'autel si vit vne main qui tenoit vne crois moult biele, toute vermelle. Mais chelui dont la mains estoit, ne vit il mie. Et si uit deuant l'autel, ij. mains qui tenoient chierges. Mais il ne vit mie les cors dont les mains estoient. Endementiers ke il gardoit ensi laiens, si escouta, si oi l'uis d'une cambre moult durement flatir, & il tourne ses iex vers la cambre, si en uit issir, ij. angeles, dont li vors tenoit, i. orchuel tout plain d'iaue, & li autres tenoit, i. jetoir en sa main destre. Et apres ches, ij. en uenoient doi autre qui portoient en lor mains, ij. graus vaissiaus d'or autresteus comme, ij. bachins, & a lor caus auoit, ij. touailles qui estoient de si grant biaute comme cheles qui onques hom morteus n'auoit baillies. Quant chil doi furent hors de la cambre, si en issirent troi autre apres qui portoient, iij. enchensiers d'or, enlumines de si riches pierres precieuses qu'il sambloit de uoir ke il fuissent tout espris de fu ardant. Et en l'autre main tenoit chascuns d'aus vne boiste plaine d'enchens, & de mierre, & de maintes autres precieuses espises qui rendoient laiens si douche odour & si grant suatume qu'il estoit tres bien auis ke la maisons en fust toute plaine. Apres en vit issir, j. autre qui auoit letres el front escrites, & si disoient, “ie sui apieles forche del tres haut signour." Ichil portoit sour ses, ij. mains, i. drap autresi verdoiant com esmerande & sour che drap estoit mise la sainte escuele. En coste de chelui drap, &, i. angele deuers destre, en auoit, i. qui portoit vn teste, com ques si riches ne si bians ne fu veus par iex de nul home terrien se chil meismes ne.

No. 3, p. 173.
PERCEVAL.

Premierement, dist la mere de Perceval, si vous trouvez, ne pres, ne loin, Dame qui ait de vous besoing, ou pucelle desconseillé, ou qui de votre ayde ait metier, ne lui veuillez denier votre service. Car Je vous dy que tout honneur est a l'homme perdu, qui honneur a dame ne porte; et quiconque honoré veut etre, lui faut a pucelle et a Dame honneur referer. Ung autre enseignement retiendrez: S'il echiet que pucelle ayez gagnée, ou que pucelle de vous soit amie privée, si le baiser elle ne voas denie, le baiser pouvez prendre; mais le reste, Je vous le deffens : fors que si en doigt elle a anneau, ou aumoniere a sa ceinture, si, par amour, anneau ou aumoniere vous donne, licitement le don vous pouvez, en la remerciant, prendre, et le don d'icelle emporter. Perceval prit congé de sa mere, et s'achemina vers la cour du Roy Artus. Le lendemain aux premiers rayons de soleil il decouvrit un riche pavilion.

Quant pres du pavillon fut arrivé, ouvert le trouva, dedans lequel vit un lict noblement accoutré, sur lequel etoit une pucelle seule endormie, laquelle avoient laissée ses demoyselles qui etoient allé cueiller des fleurs pour le pavillon jolier et parier, comme de ce faire etoient accoutumées. Lors est Perceval du lict de la Pucelle approché, courrant assez lourdement dessus son cheval : adonc s'est la pucelle assez effrayement eveillée. A laquelle, dit Perceval, “ Pucelle, Je vous salue, comme ma mere m'a apprins, laquelle m'a commandé que jamais pucelle ne trouvasse, que humblement ne la saluasse." Aux paroles du jeune Perceval, se print la pucelle a trembler, car bien luy sembloit qu'il n'etoit gueres sage, comme le montroit assez son parler : et bien se reputoit folle, que ainsi seule l'avoit trouvée endormie. Puis elle lui dit: “ Amy pense bien-tot d'icy te departir, de peur que mes amis ne t'y trouvent, car si icy te rencontroient, il t'en pourroit mal advenir.” “Par ma foi," dit Perceval, “jamais d'icy ne partirai que, premier, baisée ne vous aye." A quoy repond la pucelle que non fasse, mais que bientot pense de departir, que ses amis là ne le treuvent. “ Pucelle (fait Perceval) pour votre parler, d'icy ne partirai tant que de vous aye eu ung baiser; car ma mere m'a à ce faire ainsi enseigné.” Tant s'est Perceval de la Pucelle approché, qu'il l'a par force baisée ; car pouvoir n'eut elle d'y resister, combien qu'elle se deffendit bien. Mais tant etoit lors Perceval lafre et lourd, que la defense d'icelle ne luy put profiter, qu'il ne luy prit baiser, voulsit elle ou non, voire, comme dit le conte, plus de vingt fois. Apres que Perceval eult par force prit de la pucelle baiser, advisa qu'en son doigt elle avoit ung anneau d'or, dedans lequel etoit une belle claire esmeraude enchassée, lequel pareillement par force lui ota comme le baiser avoit eu : puis le mit en son doigt oultre le gré de la pucelle, qui fort s'etoit defendue quand cet anneau luy a oté. Lors Perceval prenant l'anneau de la Pucelle, usa de telles parolles, comme il avoit fait au baiser, disant que sa mere l'avoit a ce faire enseigné, mais que plus avant ne ailleurs ne toucheroit, comme par sa mere luy avoit eté commandé. La pucelle se voyant ainsi despouillée et perforcée de son anneau et de son baiser, se print si fort a lamenter et gemir, que le cueur luy cuida partir. Puis dit a Perceval: “Amy, Je te prie, n'emporte point mon anneau; car par trop en serois blamée, et toy, possible, en perdrois la vie." Perceval ne prend a cueur ce que la pucelle luy dit; mais comme depuis qu'il fut de chez sa mere parti, n'avoit mangé ne bu, par quoy ne fut au pavillon de la pucelle sans grand appetit. Et luy,

[ocr errors]

en ce desire de manger, comme tout affamé, advise d'aventure un boucal plein de vin, aupres duquel etoit un hanap d'argent. Puis regarde une touaille, fort blanche et assez fine, qu'il souleve et prende; et dessous icelle trouve trois patés froids, de chair de Chevreuil. Gueres n'arreta, quand les patés en sa main tint, de se mettre en debvoir d'en taster; car, comme ai dit grand faim avoit. Partant, si-tot qu'il les tint, en froissa un entre ses mains, et apres en avoir mangé non sobrement, souvent retournoit visiter le boucal. Puis dit a la pucelle: “Dame, Je vous prie, venez et faites comme moy; quand vous aurez ung pasté mangé, et moy ung autre, encore en restera t-il ung pour les survenants."

La Pucelle voyant Perceval ainsi dereglement manger, s'en esbahit, et rien ne luy repond; mais d'autre chose ne se peut alleger, fors que de se prendre a pleurer et a gemir tendrement. Perceval, qui peu garde y prenoit, de la pucelle print congé, apres qu'il eut recouvert le reste des patés dessous la touaille.

No. 4, p. 183.

LANCELOT DU LAC.

[ocr errors]

Et quelle part cuydez vous aller beau Sire, dit Girflet. Le ne vous diray Je pas, dist le Roy, car Je ne puis : et quant Girflet veit qu'il n'en scauroit plus, il se partit tantost du Roy Artus. Et si-tost comme il fut departy commenca une pluye a cheoir grande et merveilleuse, qui lui dura jusques a ung tertre qui estoit loing du Roy environ demy lieue ; et puis quant il fut venu au dit tertre il descendit, et s'arresta dessoubs ung arbre tant que la pluye fust passée, et commenca a regarder celle part ou il avoit laissé le Roy; si veit venir parmy la mer une Nef qui estoit toute plaine de dames et de damoyselles, et quant elles vindrent a la rive la dame d'elles qui estoit Seur au Roy Artus l'appella, et sitost

que

le Roy Artus veit Morgain sa seur il se leva incontinent, et Morgain le print par la main et luy dist qu'il entrast dedans la nef; si print son cheval et ses armes et entra dedans la nef.

Et quant Girflet, qui estoit au tertre, eut veu comment le Roy estoit entré en la nef avecques les dames, il retourna vers la riviere tant qu'il peut du cheval courre : et quant il y fut revenu il veit le Roy Artus entre les dames. Si congneut bien Morgain la Faee, car plusieures foys l'avoit veue. Et la nef si estoit ja plus eslongnée que une arbalestre neust sceu tirer a deux foys.

[ocr errors]

No. 5, p. 191.
MELIADUS DE LEONNOY8.

Brehus encontra ung Chevalier armé de toutes pieces, qui menoit en sa compagnie une damoyselle et deux escuyers tant seullement. Et sachez que la damoyselle estoit bien vestue, et moult noblement, comme ce feust este une Royne; et estoit montee sus ung pallefroy blanc, et chevauchoient plaisamment parmy la forest, elle et le Chevalier errant. Le chevalier estoit sus ung grant cheval, et en faisoit mener ung autre en main. Le Chevalier alloit chantant une chanson nouvelle qu'avoit esté faicte nouvellement en la maison du Roy Artus ; et estoit la chanson ainsi :

En grant joye m'a amour mis,
Et de grant douleur m'a osté,
Maulgré tous mes ennemys–
Je suis si haultement monté,
Que pour son ami m'a compté
Celle qui passe fleur de Lys;
Et quant pour son homme m’a pris,
Bien ay le monde surmonté.

No. 6, p. 197.

TRISTAN.

Tristan se couche avec Yseult sa femme. Le luminaire ardoit si cler, que Tristan pouvoit bien veoir la beauté d'Yseult; elle avoit la bouche vermeille et tendre, yeux pers rians, les sourcils bruncs et bien assis, la face claire et vermeille comme une rosel'aube du jour. Sy Tristan la baise et l'acolle ; mais quant il lui souvient de Yseult de Cornouailles, sy à toute perdue la voulonté du surplus. Cette Yseult est devant lui, et l'autre est en Cornouailles qui lui defent que à l'autre Yseult ne fasse nul riens que a villeinie lui tourne. Ainsi demeure Tristan avec sa femme; et elle qui d'acoller et de baiser ne savoit riens, s'endort entre les bras de Tristan ; et Tristan aussi d'autre part s'endort entre les

« PreviousContinue »