Page images
PDF
EPUB

ung Luyton de Mer. Or quant Morgue approcha du dit Chas

. teau, les Faes vindrent au devant d'Ogier, chantant le plus melodieusement qu'on sçauroit jamais ouyr: si entra dedans la salle pour soy deduire totallement.

Adonc vist plusieurs dames Faes aournées, et toutes couronnées de couronnes tres sumptueusement faictes, et moult riches ; et toute jour chantoient, dansoient et menoient vie tres joieuse, sans penser a nulle quelcuonque meschante chose, fors prendre leurs mondains plaisirs. Et ainsi qu' Ogier se devisoit avecques les dames, tantost arriva le Roy Artus auquel Morgue la Fae dist—“Approuchez vous, Monseigneur mon Frere, et venez saluer la fleur de toute Chevalerie, l'honneur de toute la noblesse de France; celuy ou bonté, loyaulté, et toute vertu est enclose~c'est Ogier de Dannemarcke, mon loyal amy, et mon seul plaisir, et auquel git toute l'esperance de ma lyesse.” Adonc le roy Artus vint embrasser Ogier tres amiablement et luy dit—" Ogier tres noble Chevalier vous serez le tres bien venu, et regrace Je nostre seigneur

ulcement de ce qu'il m'envoyeung si notable chevalier.” Puis Morgue la Fae lui mist sur son chief une couronne riche et tres precieuse, que nul vivant ne la scauroit priser, et avecques ce elle avoit une vertu en elle merveilleuse, car tout homme qui la portoit sur son chief il oublioit tout dueil, tristesse et melencholie, ne jamais luy souvenoit des pays, ne de parens qu'il eut

Et Ogier et Morgue la Fae s'entraymerent si loyaultement que ce fut merveille, non pensens a chose de monde fors d'escouter les sons de tous les instrumens dont on se puisse corder; sonnans si doulcement qu'il n'estoit si dur cueur qui n'oubliast tout dueil, tristesse et melencolie seulement pour leur prestrer l'oreille ; car c'estoit ung lieu si delectable, qu'il n'estoit possible a homme de souhaiter chose qu'il ne trouvast leans. Et penses qu'Ogier, qui tant avoit veu de chose, en estoit si esbay, qu'il ne scavoit qu'il devoit faire, ne dire, si non qu'il cuidoit mieulx estre en Paradis que a nulle autre region.

.

No. 16, p. 343.

QUATRE FILZ AYMON. Comment par le secours que maugis amena a Regnault et a ses freres es plains de Vaux couleurs Ilz desconfirent les gens du roy Charlemaigne dont ogier en eut mains reprouches de Rolant pour aulcune bonte quil auoit faicte a Regnault et a ses freres en la roche mõbron. Et en fut ogier appellé traictre dont grant Inconuenient en Vint apres devant Charlemaigne.

Chapitre xi.

Os dit le compte que quant Regnault eut desconfit les francoys Il s'en retourna vers la roche mombron la ou Il auoit laisse son frere richart si naure comme ouy aues. Et quant Il fut la venu et Il vit son frere richart si horriblement naure Il ne se peut tenir de plourer et dist. Helas que feray Je quant Jay perdu mon chier frere et le meilleur amy que que Jaye au monde.

Et quant Il eut dicte celle parolle. Il cheut a terre de dessus bayart tout pasme. Et quāt alart et guichart virent leur frere qui estoit tobe Ilz comenceent a regreter richart moult tendrement. Quant Regnault fut reuenu de pamoison Il comenca a farre le plus grant dueil du monde entre luy alart et guichart sur richart qui gisoit a terre ses boyaulx entre ses mais Et ce pendant vecy venir maugis monte sur broyquerre Son bon cheual le meilleur

que
lon sceust fors que bayart. Et tenoit

yng

trāffron de lance en sa main. Et quât Il vit Regnault demener si grāt dueil Il en fut moult courrouce. Et quant Il vit richart ainsi naure Il en eut au cueur grant douleur et regardoit la playe qui estoit moult horible a regarder car lon luy veoit le foye dedens le corps. Lors dist a Regnault. Beau cousin endendez a moy et laissez ce grant dueil. Vous scauez bien que vous estes tous mes cousins si nous devons parforier de secourir lung lautre au besoing Je vous ay secouru maintesfois. Et saiches que tout le mal que Charlemaigne me Venlt cest a vostre occasion. II occist na gueres mon pere dõt Jay au cueur tres grant tristesse, qui estoit vostre oncle qui mourut par vostre amour ce scaues vous bien.

Mais si Vous me Voules promectre deuāt tous Voz barons de venie auecques moy en la tente de Charlemaigne et moy aider a lassaillir

pour Venger la mort de mon pere si nous le pouons faire Je vous promotez de vous rēdre richart tout guery et tout sain orendroit sans nulle douleur.

Et quant Regnault entendit ces parolles Il sen vient a maugis et le baisa en la poictrine tout en plourāt et luy dist. Beau tres doulx cousin pour dieu mercy rendez moy mon frere richart guery si vous plaist et Je voules aultre chose que Je face com

Je ne

Il pre

mandez le moy et Je le faray de tres bon cueur car vous seaues bien que

fis

oncques choses qui fust contre Vostre Volente. Et si na homme au monde pour qui Je fisse tant que Je feroye pour Vous. Quant maugis vit Regnault si tendrement plourer Il en eut moult grant pitie et luy dist. Or ne vous esmayez mye beau cousin car Vous aures richart sain et saulue tout a present. Et lors descend de son cheual a terre et prent vne bouteille de vin blanc si en laua la playe de richart moult bien et osta tout le sang qui estoit en tour.

Ne Vous esmayez point la ou. noit toutes ses choses qui luy faisoient mestier car cestoit le plus subtil nigromancien qui oncques fust au monde. Et quant Il eut ce fait Il prist les boyaux et les luy mist dedens le corps et print vne aiguille et cousut la playe moult gētemēt sans luy faire sentir douleur et puis prist vng oygnement dont Il oygnit toute la playe. Et si tost que la playe fut oyngte elle fut toute saine come se Jamais ny eust mal. Et quāt Il eut

tout ce fait Il print vng breuaige et donne a boy re a richart. Et quāt richart eut beu Il saultempiedz tout de deliure de sa douleur et dist a ses freres ou est ale ogier et ses gens nous sont Ilz eschappez.

Extract from Caxton's Translation. Now sheweth the history, after that Reynawd had dyscomfyted the frenshemen he retorned agen towarde roche mountbron, where he had lefte his brother Richarde thus wounded, as ye have herde. And whan he was come there, & saw his brother so horryble wounded he could not kepe him from wepynge and says, • Alas! what shall I doo wban I have lost my dere brother, the best frende that I have in the world ?' And after he had sayd that worde he felle to the grounde from bayarde in a swoune. and whan alarde & guycharde sawe their brooder that was fall, they began to make theyr mone for Richarde pietously. And whan Reynawde was com agen to hymselfe he made grete sorowe wyth his two bredern, Alarde & guycharde, vpon Richarde their brother, that laye vpon therthe wyth his bowelles betwene his handes. And this hangyng, cam mawgis vpon broykarre, his gode horse, the best that men wyste after bayarde and helde a pece of a spere in his hande. And whan he saw Reynaud make suche sorrow, he was right sori for it. And whan he sawe Richarde thus sore wounded he was wrothe, & had grete pyte for to see the wounde that was so grete for men sawe the lyver wythin his

be all my

[ocr errors][ocr errors]

body. Thenne sayd he to Reynawd, 'fayr cosin take hede what
I shall say, & leve this sorow; ye know wel that ye
cosins and therfore we ought to parforce ourselfe for to socour
thone the other whan it is nede. I have socoured many tymes
and wyte it that all the [h]arme that Charlemagn bereth to me it
is all thrughe your occasion he slewe my fader but late wherof
I bere yet at my hert grete hevynes, that was your vncle that
deyed for your love: that know ye well. But yf ye wyll
promyse me afore all your barons for to com wyth me into the
tente of the kynge charlemagne, & helpe me to sawte hym for to
avenge vpon hym the dethe of my sayd fader yf we can, I shall
delyver to you Rychard, evyn now hole & sounde without any
sore,' and whan Reynawde understode thise wordes, he cam to
mawgis and kyssed hym in the breste all wepyng & sayd to
hym Ryghte swete & fayr cosin, for god mercy, Delyver to me
agen my broder Richarde hole, yf it playse you. And yf ye will
that I doo ony other thing for you commaunde me, and I shall do
it wyth right good herte. For ye wote well that I dyde never
onythyng that was agenst your wyll; nor there is no man in the
worlde for whom I wolde doo so moche as I wold do for you.
whan mawgys sawe Reynawd wepe so tenderly, he had grete pite
of it, and sayd to hym. Now be not dysmayed of nothyng fayr
cosyn,

for
ye

shall have Richarde hole & sounde incontynente.

No. 17, p. 346.
LE CHEVALIER BERINUS.

Comment lempereur fut aduerty p ses tresoriers que só tresor estoit en partie desrobe.

Chap. cxii. EN telle maiere estoit prudens pensif & angoisseux pour le grāt larrecin que on auoit fait cõe celui qui craignoit que on en mist toute la coupe sur luy si estoit en grāt balāce du dire ou du laisser en la fi sassētit & se auisa pour le mieux quelle diroit a lēpereur Si vīt a luy deist tout pmieremēt que grāt ptie de sõ tresor estoit eblez & si ne scauoit p ou ne comēt Adõe y lēpereur et regarda ptout si appceut biē îl estoit moult amenuise et que trop grāt domage y auoyt on fait lors fat si courrrouce auecques lire quil auvit de la mort de oursaires et

alla veoyr

des srēs q peu sē failloit ql nē lagoit si lui tressua tout le corps de grāt maltalle & prīt a menasser & iurer moult despitement Et a tant se departit dilec & sen vint en son palais si courroucé que tous les mēbres luy trēbloyent de ire Puis fist le roy venir deuant luy les sept saiges et les dix tresoriens. Et si y furet to lesprīces & les barons assemblez Adonc comenca lēpereur sa raison & dist moult fieremēt come celuy qui sēbloit estre tout desrue; et hors du sens Seigneursie vous faisa to assauoir que ona mō grant tresor forfait et emble si vueil que vous me dissiez tantost & sās delaimēt

que ie doy faire đ ceulx qui lont eu engarde car ie Vous dy en Verite quilz ne peuēt ne scevēt monstrer p tuis trou fête ne creuace p ou on le puisse auoir emble ne ilz ne peuent dire nulle force q on leur oyt faicte. Et pourtant ilz se donnent bie a entendre quilz sont coulpables du malice Si Võ coniure : et commande a tous ensēble & chascun a par luy s Vous menseignez droit iugement & Vous comande que võ ne tenez mie ceste chose a možgrie aīs y regardez droit & raison Adonc ny eust prince duc conte ne baron qui se voulsist mettre en auant ne dire mot car chascun sen attendoit sur les sept saiges. Et les tresoriers si furēt tous en doubte & encremeur, car ilz ne scauoiēt ne pouoiēt tronuer voie p quoy ilz se peussēt excuser sussisāment.

« PreviousContinue »